Tous les articles pour comprendre l'événement Limyè ba Yo



Communiqué de presse : Le 23 mai, journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial, oubliée dans le discours-bilan de Francois Hollande

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 11 mai 2017 Le 23 mai, journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial, oubliée dans le discours-bilan de Francois Hollande Dans le bilan de son action mémorielle, évoqué dans le discours qu’il a prononcé ce 10 mai à l’occasion de la journée nationale en mémoire de la traite, de l’esclavage et de ses... Voir l'article

23 mai : la fierté des descendants d’esclaves

« Limyè ba yo ! » (honorons-les !). C’est le slogan que reprenait la foule en chœur, ce samedi 23 mai 2015, sur la place de la République, à Paris, où plus de 30 000 personnes participaient à la 17e Journée du souvenir des victimes de l’esclavage colonial. De 14 h à 23 h00, le public a pu découvrir ou revisiter l’histoire comme la foisonnante créativité des... Voir l'article

LE MÉMORIAL ACTe ET LA RÉVOLUTION MÉMORIELLE

Pr. Serge Romana Président du CM98 Conférence donnée à Sciences Po le 13 février 2015   Le 10 mai prochain, 167 ans après l’abolition de l’esclavage, le Mémorial ACTe ouvrira ses portes. Ce sera, par son envergure, le premier centre mondial de la mémoire et de l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage colonial. Situé à l’emplacement de l’ex... Voir l'article

Retrouver l’identité des aïeux esclaves des Antillais

Le décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 met définitivement fin à l’application du Code noir et au statut d’esclave pour environ 87 500 Guadeloupéens et 67 447 Martiniquais, soit environ 60% et 70% de la population des deux îles. Il fallut alors attribuer aux esclaves antillais, guyanais et réunionnais des noms de famille, car ils n’avaient pour seul attribut... Voir l'article